Jubilé d’or du père Henri Richard :
50 ans de vie sacerdotale

(Fr. sc. Pascal KIDARI, omi)

Procession Jubilé Henri Richard

La liste des jubilaires d’or d’ordination presbytérale grossit au fil des ans dans la province oblate du Cameroun. En ce troisième dimanche de Pâques 2015, le 19 avril, le père Henri RICHARD s’ajoute à la Henri Richardsuite de ses ainés dans le ministère. Par ce 50ème  anniversaire d’ordination, il fait honneur à la paroisse centenaire Saint François Xavier de Ngovayang que les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée desservent depuis 2012. C’en est joyeusement consommé!

L’heureuse occasion fit dépêcher des scolastiques de la Maison Yves PLUMEY. Le conseil provincial était sur le terrain depuis le 13 Avril. En vue de cette cérémonie solennelle, en effet, l’ingéniosité du conseil aurait déduit tenir sa troisième session de l’année à Ngovayang, au vu et au su du père Henri, comme pour la lui dédier. Aussi, pour prendre possession du lieu.

Le père Henri RICHARD, comme il s’agit bien de lui, est originaire du département de la Vendée (France). Né le 28 mars 1937, troisième de 8 enfants dont 1 religieux et 2 religieuses, il est issu d’une famille  chrétienne qui l’initie très tôt aux vertus spirituelles. Déjà en classe de 6ème, il avait été informé de la mission qui se fait au Cameroun par le biais de Mgr Bonneau. Il grandit avec ce grave souci de venir missionner dans le vaste champ des Oblats qui est au Nord-Cameroun.

Henri Richard, Gaby Crugnola et Edouard Dagavounansou

Ordonné, le 19 avril 1965 à la Saint Gorges de Mont Montaigu, le jeune père arrive à Douala en décembre de la même année. Il fonce au Nord où il reçoit sa mission pour les Mafa, dans le diocèse de Maroua-Mokolo. Durant 9 ans, il s’exerce auprès de Baba Simon et va consacrant ses 15 premières années de ministère à la paroisse de Mboua pour renforcer la foi semée dans les cœurs par le père Louis Blaire. Ensuite, il fonda Magoumase où il reste pour 15 ans encore, prêchant le Christ et formant ses fidèles à l’hygiène, à l’agriculture moderne et à la prise en charge. Puis, en missionnaire aguerri, il exerça la responsabilité du Centre d’Emmaüs qui forme de nombreux catéchistes de la localité avant de descendre au scolasticat pour proposer ses expériences pastorales à ses jeunes frères en formation à Yaoundé.

Père Henri RichardEn fin de sa troisième année,  Henri repartit dans les montagnes de Mokolo. Cette fois ci, le missionnaire des Mafa occupe Mandaka pour relever la paroisse qui, il y a quelques années, était reprise des Oblats par les diocésains. Il y reste 4 ans. Ensuite, il vint à Tada pour 3 ans. Il donnait aussi de son temps au pré-noviciat Yves TABART. Fait pour partir, c’est delà qu’il a été décroché pour la mission de Ngovayang afin d’y assurer les messes. Aussi, pour être assez loin de la bestialité de la secte Boko-Haram envahissant et menaçant  la zone pastorale de Mokolo.

Il faut le souligner, il a fallu de menace pour qu’il accepte de quitter  ses brebis. A l’impossible nulle n’est tenu. Il part delà à cœur partagé, car privé de ses réalités pastorales après tant d’années d’amitié avec un peuple, 45 ans environ. Désormais, il s’accoutume à la forêt de Ngovayang. L’administrateur, le père Paulin BEWA, omi, étant à Yaoundé, Henri et le Frère Mirabeau DIATANG s’adonnent au service des Owondo, Ngumba et  Bagueli ; une tribu des Pygmées de la région. Ils sont aidés pastoralement par les Petites Sœurs de Jésus et les Sœurs de la Pureté de Marie. De l’école à l’hôpital en passant par les services des âmes, ils travaillent d’arrache-pied auprès de ce vaste peuple.

Religieuses Ngovayang

Un ardu et tenace pasteur formé dans le GUDUBAR, actuel Togombéré, Henri ne semble en rien avoir perdu de son zèle missionnaire. Il circule les trois secteurs de la paroisse à bicyclette. Plein de disponibilité apostolique, d’écoute et d’expérience, il fait accourir plus d’un et  leur apprend à tendre de toute leur force à tout faire « comme le Christ ». Par sa discrétion sans pareil et son silence priant et prieur, il distille un témoignage de vie qui parle plus que des discours de bons nombres de nos pasteurs. L’humilité est son arme pastorale.  

Fidèles de Ngovayang Jubilé Henri Richard

C’est au milieu de ce peuple du Lolodorf qu’eut lieu la cérémonie d’anniversaire. Les fidèles s’y attendaient depuis bien des mois. Ils organisèrent des offrandes au père Henri. Le père provincial, Edouard DAGAVOUNANSOU, lors de son homélie, rappelait à grand trait le caractère du témoignage dont Henri a fait preuve durant toute sa vie missionnaire. Il invitait les scolastiques présents et tous les fidèles à apprendre du père la ténacité dans les difficultés et l’endurance pour porter le Christ au loin. S’il est vrai que le témoignage n’est pas facile aujourd’hui, semblait-il dire, la confiance au ressuscité pourra nous affranchir de nos peurs, de nos tiédeurs et de nos résistances.

Andile Dladla

Au cours de la célébration, il reçut les vœux de religion du frère DLADLA Andile Christian, de la province de Natal (Afrique du Sud), étudiant en Théologie et membre de la communauté du scolasticat de Yaoundé depuis des années déjà. Par-là, il profita d’annoncer à tout Ngovayang qu’être Oblat, il est possible pour tout le monde et ouvrait ainsi les portes à leur jeunes.

Célébration eucharistique Jubilé d'or Ngovayang

La fête se poursuivit jusqu’à 15h avec la chorégraphie Bagueli. Il aurait fallu des Mafa pour pouvoir exécuter eux aussi, au plaisir du père Henri, quelques beaux vieux chants, comme en souvenir. Dommage ! Comme pour dire ce demi-siècle de fidélité à l’Eucharistie devrait être célébré en Mafa, chez les Mafa, en honneur des Mafa. Néanmoins, cela n’enlève rien au caractère solennel de la journée.

Offrandes Jubilé d'or Henri Richard

Ce total don de soi du père Henri, nous interpelle désormais à aller au-delà de nous-même, de nous défaire de nos préjugés, de nos peurs et nous donne à prendre le pas. Ce dernier cinquantenaire des Français Oblats au Cameroun entend nous pousser là où le besoin urge. « Même vieux, le vœu d’obéissance doit être toujours en éveil et n’ayez jamais peur de prendre la relève, nous engageait-il dans son speech en fin de célébration eucharistique.»

Participants messe Jubilé d'or Henri Richard Ngovayang

Convives Henri Richard

Jubilé d'or Ngovayang

Henri Richard et Gaby Crugnola

Car Yves Plumey, Henri Richard

(Pascal KIDARI, omi)

Valid XHTML 1.0 Transitional

Haut

© Août 2012 Omicameroun.com: Site officiel des missionnaires O.M.I. - Province du Cameroun - Webmaster Contact