Nécrologie
OMI PROVINCE DU CAMEROUN



Décès du Père Emmanuel NGAMEFULA

Curriculum vitae du Père Emmanuel NGAMEFULA UZOMA, OMI

Emmanuel Ngamefula

Le Père Emmanuel NGAMEFULA UZOMA est né vers 1956, à OWERE, Imo-State (Nigéria), dans le diocèse d’OKIGNE.

Il entre au noviciat d’Ifwanzondo en 1985, prononce son premier engagement le 08 septembre 1986 au Zaïre et ses vœux perpétuels le 21 août 1989 à Maroua. Il a été ordonné prêtre le 28 octobre 1989, à Mokolo-TADA par Mgr. Yves PLUMEY.

Dès les débuts de sa vie missionnaire, le Père Emmanuel NGAMEFULA UZOMA a fait partie de la première équipe de la “Fondation du Nigéria“ à ORLU en février 1990 avec les Pères : Sylvester PHEKU du Lesotho Joachim MANIANGA du Zaïre, Emmanuel NGAMEFULA UZOMA du Nigéria, Edy Thaddée  MABILA du Zaïre et le Frère Kisngley KODREY du Sri-Lanka).

Puis le Père a exercé sa pastorale successivement dans les lieux suivants :

  • paroisse du Sacré-Cœur de Léré, dans le diocèse de Pala (Tchad),
  • paroisse du Bon Pasteur de Moulvouday dans le diocèse de Yagoua,
  • paroisse Saint Jean de Maroua,
  • Saint Gabriel parish de Jebbu-Bassa,
  • maison oblate de la procure de Garoua,
  • paroisse Christ Sauveur de Bangué

Ensuite, il fera l’expérience de Mazenod en français à Aix en France, une expérience missionnaire dans la Délégation de la Zambie, et travaillera dans le Comité de formation de la Province.

Enfin, il travaillera à Saint Martin’s parish de Ihiteoweri, où il mourra le 27 juillet 2014 à 12H45 à l'hôpital de l'Annonciation Enugu (Nigéria), entouré et accompagné par ses frères Oblats.

Le Père Emmanuel NGAMEFULA UZOMA a été percuté dans le dos en par une moto en rentrant du sport dans la paroisse de Saint Martin d’Ihiteowerri le 23 juillet 2014 au environ de 19h00.

Une veillée avec messe et office des défunts est prévue le 10 août 2014 à partir de 17h00. Et l’inhumation suivra le 11 août à 10h00 au cimetière de Saint Martin d'Ihiteowerri en présence de l’ordinaire du lieu.        

Le Père Emmanuel NGAMEFULA UZOMA nous laisse le souvenir d’un compagnon, patient et serein dans les moments difficiles.

Père HINGBO Edmond
Secrétariat Provincial - Ce 29 juillet 2014

La mort du Père Emmanuel Ngamefula

Chers confrères bonsoir,

Emmanuel NgamefulaC'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons par ce message, la mort du Père Emmanuel Ngamefula aujoud'hui (27 juillet 2014) à 12h45 à l'hôpital de l'Annonciation Enugu, Nigéria. 

Selon les informations reçues du Supérieur de la Mission du Nigéria, le Père Georges IHEANACHO,le Père Emmanuel Ngamefula avait été percuté par une moto dans le dos en rentrant du sport dans la paroisse de st. Martin ihiteowerri le 23 juillet 2014 aux environs de 19h00. 

Après cet accident, il avait été interné à l'hôpital diocésain st Damian Orlu et puis  transféré le 25 juillet 2014 à l'hôpital de l'Annonciation d'Enugu où il a succombé suite à ses blessures après l'intervention chirurgicale.

Que son ame repose en paix.

"A la mort d'un Oblat, chaque prêtre célébrera une messe" (cf. Annexe n° 2 de nos CC&RR)

Père HINGBO Edmond
Secrétariat Provincial - Ce 27 juillet 2014

Haut


Curriculum vitae du Père Jean COLSON

(Père André MARION)

Jean Colson est  né le 31 mars 1920 à LILLERS, dans le diocèse d'ARRAS.  Il était le benjamin d'une fratrie de six enfants (cinq garçons et une fille). Il avait un lien très fort avec son frère Jules, qui était prêtre diocésain, et qui est décédé en 2011.

Après l'école primaire il est entré au Collège Sainte-Marie d'Aire-sur-la-Lys, où il a rencontré Léon Saison.  Ensemble ils ont décidé d'entrer au grand séminaire du diocèse d'Arras, et ensuite, ensemble, ils sont entrés chez les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée.  Jean est entré au noviciat, à Pontmain, le 6 septembre 1941.  Le 8 septembre 1942 il a prononcé ses premiers vœux.  Après quoi il a rejoint le scolasticat, à La Brosse-Monceaux.  Il a prononcé ses vœux perpétuels à Pontmain en 1944, et il a été ordonné prêtre à La Brosse-Monceaux en 1945.

La mission du Nord-Cameroun venait d'être confiée aux Oblats.  Il a fait partie de la première équipe.  Il a rejoint le Nord-Cameroun au début de 1947, à Yagoua en mars 1947, à Doukoula en  1949, puis à Lara.  Le 27 juin 1951 il part à Lamalama pour prendre la suite des Jésuites, et très vite il transfert la Mission à Bongor-Siéké.

En septembre 1964 il rejoint Moulkou.  En 1978 il part pour Guelengdeng, qu'il quittera en 1987 pour le Cameroun, d'abord à Mokolo, puis à Ngong, et enfin à Garoua, jusqu'en 2007.

Il a vécu en tout 60 ans en Afrique, au Cameroun et au Tchad.

Marc Rouffet, qui l'a connu en Afrique, écrit ceci : « Jean ne voulait surtout pas déranger.  Mais il se trouvait toujours là quand quiconque, blanc ou noir, avait besoin de quelque chose. Revenant de congé, il avait rapporté, dans ses bagages, en avion, un tourne-disque Tepaz à un membre de sa communauté qui pourtant, lors d'une réunion, lui avait chanté une parodie de « Une jolie fleur dans une peau de vache. »  S'il n'a pas  édifié de cathédrale, il a construit quantité de fours à briques pour construire des écoles, des chapelles, des maisons de Pères ou de religieuses.  S'il n'était pas au four à briques,  il était dans sa voiture à conduire quelqu'un, père, frère, sœur, noir ou blanc,  tout de suite, dès qu'il en exprimait le besoin.  Il y allait parfois un peu vite, à tombeau ouvert, heurtant des déjections d'éléphants quelquefois ! Quand j'entends son nom, ma petite cervelle est illuminée de son fraternel sourire... Jean, pour moi, c'est le sourire aimant du Père. »

Finalement, Jean reçoit son obédience pour la France le 8 septembre 2007.  Il rejoint d'abord Marseille ; puis il reçoit son obédience pour Pontmain le 1er avril 2008 ; il y arrivera le 22 avril 2008.

Jean est décédé, durant la nuit, le 22 février 2014.  Durant ces 6 années, il a tenté de rester en forme.  On l'a même vu sortir dehors en hiver avec son déambu-lateur, en pantalon et chemise seulement.  Malgré quelques périodes d'impatience, Jean laisse l'image d'un Oblat souriant.  Son voisin de table, Noël Savina, qui l'aidait à prendre ses repas, l'a précédé d'un mois auprès du Seigneur.  Ce dernier lui aura certainement dit : « Viens, bon et fidèle serviteur, partager la joie de ton Maître. »

Ses obsèques auront lieu chez les Oblats le mardi 25 février à 14 heures 30, et seront suivies de l'inhumation au cimetière des Oblats de Pontmain.

Haut


Décès du frère André PLANTAMP
29 janvier 2014 vers 20h.30, à l'hôpital d'Apt

(Luc Athimon)

Quelle trace André laisse-t-il ?

Note biographique

(Secrétariat OMI Cameroun)

Haut


Quelques notes sur notre frère Pierre BODÉNÈS à partir de ses notes

(Bernard Noyer, o.m.i.)

Pierre BODENES photo L'Effort CamerounaisPierre est né le 2 avril 1923.  Au moment où il nous quitte, il était donc proche de ses 91 ans.

Entré chez les missionnaires Oblats de Marie Immaculée, il a fait chez eux toute sa formation.  Il a prononcé ses premiers voeux en 1943, ses vœux perpétuels en 1947.  Et il a été ordonné prêtre en 1947.

Dans ses notes, Pierre parle de l’événement qui a marqué son temps de formation à La Brosse Montceaux (77).  Le 24 juillet 1944 (nous sommes encore en temps de guerre), des Allemands encerclent la maison de formation.  Ils sont à la recherche de quelques confrères qui étaient dans la résistance.  Un parachutage d'armes venait d'avoir lieu.  Les confrères impliqués dans ce parachutage sont vite repérés : ils avaient été dénoncés.  Ils étaient au nombre de cinq.  Même torturés, ils ne diront rien.  Leur silence signe leur condamnation.  Ils seront tous exécutés sur place.  Mais le pire a été évité suite à l'intervention d'un officier allemand arrivé d'on ne sait où et on ne sait pourquoi.  Les exécutions s'arrêtent là.  Toute la communauté, dont Pierre, est emmenée au camp de Compiègne.  Heureusement pour eux, ils seront libérés quelques semaines plus tard.

En 1950, Pierre reçoit son obédience pour le Nord-Cameroun.  Cette mission était à ses débuts : elle venait, en 1946, d'être confiée aux Oblats.  Pierre en sera un des pionniers.  Ils sont quatre à prendre le bateau pour Douala.  Avec Pierre, il y a les pères Jean Pasquier, un angevin, qui deviendra par la suite évêque auxiliaire de Mgr Plumey, à Garoua, puis premier évêque de Ngaoundéré (le diocèse dont dépendra Pierre), Loïq Mégret, des Côtes d'Armor et Jo Boisseau, de Paris.  Jo est désormais le seul survivant de cette première équipe.

Après trois semaines de bateau, ils débarquent à Douala.  Le lendemain, ils rejoignent Yaoundé par le train. Là, le camion de la mission du nord les attend.  C'est donc en camion qu'ils rejoignent Ngaoundéré : deux jours de voyage.  Et là, il apprend qu'il est nommé pour la mission de Meiganga.

Meiganga, est alors un gros centre, qui compte entre 20 et 30 000 habitants.  Trois confrères oblats sont déjà sur place : deux pères, dont Jean Bocquené, et un frère du Canada, spécialiste du bois.  Tous les trois sont très accaparés par la scierie qui a d’abord été créée parce qu'il fallait survivre : la scierie leur en donnait les moyens, car ils vendaient le produit de la scierie.  La scierie permettait aussi d’avoir le bois nécessaire pour la construction des logements des pères et bientôt des logements des religieuses, ainsi que pour construire chapelles, églises, écoles et dispensaires.

Très vite Pierre sait ce qu'il aura à faire : « Pris par la scierie, lui dit le père Bocquené, nous n'avons pas eu le temps d'apprendre la langue.  Ce sera ton travail. »  Apprendre une langue, ce n'est pas facile, surtout quand celle ci n'est pas encore écrite.  Pour se lancer dans l'aventure de l'apprentissage de la langue, Pierre ne disposait d'aucun texte, d’aucun lexique, d’aucune grammaire.  Tout était à faire.  Pierre s'en donnera les moyens.  Il commence par se faire un petit " Assimil ", groupant par sujet les mots qu'il entend : voyages, nourriture, santé, religion, famille...  Heureusement qu'il était doué pour les langues.

Autre difficulté : le gbaya est une langue à tons.  A nouveau il faudra faire preuve d'imagination.  Il lui faudra fabriquer un clavier spécial pour sa machine à écrire.

Bientôt il pourra compter sur un autre confrère, le père Yves Blanchard.  Avec Yves il aura un collaborateur de grande qualité.  Enfin il aura la chance de toujours travailler dans la région gbaya, et cela pendant 62 ans, de 1950 à 2012, année de son retour en France.

Quand il arrive à Meiganga, en 1950, la région est habitée :

L'entente entre les deux était bonne, car ils avaient besoin les uns des autres.  Chacun apportait à l'autre ce qui lui manquait.

Pour ce qui est de l'évangélisation, tout était à faire.  A l'arrivée de Pierre, la communauté catholique était toute petite, composée de fonctionnaires du sud en service dans le nord.  Arrivée trente ans plus tôt, la communauté protestante était beaucoup plus importante.  Pierre saura collaborer avec nos frères protestants, pour mieux connaître la Bible et pour la traduire.

Pierre Bodénès à Djohong 2003
Photo de Jean-Louis Vigouroux avec les Oblats à Djohong en Février 2003: (de droite à gauche)
Ignace, Marc Pitchebaï, Marek, Jean-louis, Roman, Joseph Douet et Pierre Bodénès
.

1996 sera une grande date pour Pierre et les chrétiens Gbaya.  Une grande fête est organisée lors de la présentation de la 2ème édition de la Bible.  Le slogan de la journée était : « Aujourd'hui, Dieu parle en gbaya »

La traduction de la Bible, du Missel, des livres de prières et de chants aura été le grand œuvre  de Pierre.  Il s'y sera donné avec courage, persévérance et de tout son coeur jusqu'en septembre 2012, année de son retour en France.

Pendant plus de 60 ans, il n'aura cessé de travailler au sein d'un même peuple, le peuple gbaya : à Meiganga, à Djohong, à Klaldi et à Ngaoundal.

Pierre Bodénès et OMI district Meiganga
Les Oblats de Marie Immaculée du District de Meiganga en avril 2004

Une autre date importante pour Pierre et la mission : l'arrivée des Sœurs de Ker Maria.  Il trouvera en elles des collaboratrices précieuses, dévouées, compétentes et toutes données à la promotion de la femme.  Il y a quelques mois j'étais avec lui à Ker Maria, pour aller rendre visite à Soeur Suzanne et à toutes les anciennes avec qui il avait tant travaillé.

Impossible de terminer ce riche parcours sans signaler encore :

Pour Pierre comme pour tous les missionnaires qui ont travaillé au Nord Cameroun, la mission consistait, à mettre en pratique ce que le Pape Paul VI proclamait dans son encyclique " Populorum Progressio " : « Le vrai développement ne peut être qu’intégral, c'est à dire s'adressant à tous les hommes et à tout l'homme. »  C'est à cela que Pierre s’est consacré.

Le Seigneur qu'il vient de rencontrer, lui rendra au centuple tout ce qu’il a fait... surtout qu'ils se sont vite compris, puisque maintenant Dieu parle aussi le gbaya…

J’ai fait part du décès de Pierre à Mgr Joseph Djida, l'actuel évêque de Ngaoundéré, un Camerounais d'origine gbaya.  Il m'a chargé de vous dire combien il a apprécié le merveilleux travail accompli par Pierre.  Il nous assure de ses prières et fera prier pour Pierre.

[Lire sur L'Effort Camerounais le témoigne du Père Bodénès lors de sa messe d'adieu à Meiganga.

Haut


Père Piotr CZYRNY OMIPère Josef LESZCZYNSKI OMI

Le Père Piotr CZYRNY n'est plus

Piotr CZYRNYnecrologie

La province oblate du Cameroun a la profonde douleur de vous annoncer le décès du Père Piotr CZYRNY, OMI polonais, né le 27 avril 1950, missionnaire au Cameroun (curé de la paroisse sainte Monique de TOUROUA, archidiocèse de Garoua), décès survenu ce dimanche 17 mars 2013, à Garoua. Que son âme repose en paix ! Le programme de funérailles viendra plus tard.

Photo d'archives ayaas.net, Figuil 2004 (à droite).



Piotr CZYRNY(Note du Secrétariat provincial)

Brève biographie du Père PIOTR CZYRNY  

Le Père PIOTR CZYRNY est né le 27/04/1950 à CHUDOBA en Pologne. Il a émis ses vœux perpétuels le 08/09/1973. Il a été ordonné prêtre le 20/06/1976. Le 04/12/1978, il arrive en mission au Cameroun précisément à GUIDER où déjà le 1er mars 1979, il commence avec la construction de deux chapelles en semi-dur à Masgam et Malwoy. Le 04/01/1982, il commence la construction de l’Eglise de Guider.

Dans sa vie missionnaire au Cameroun, le Père PIOTR CZYRNY exercera son ministère comme prêtre dans trois diocèses : Garoua, Yokadouma et Maroua-Mokolo. Depuis le mois d’octobre 2012, il a reçu de nouveau son obédience du Provincial et de son conseil pour la paroisse sainte Monique de TOUROUA d’où le Seigneur l’a rappelé à Lui le17/03/2013.

Que le Seigneur l’accueille maintenant auprès de Lui.

Programme des obsèques

JEUDI 21/03/2013
* 20h30: Messe par le Provincial
* Veillée sans corps à la paroisse saint Pierre de Garoua
VENDREDI 22/03/2013
* 07h00: Levée du corps à l’hôpital de la CNPS de Garoua
* 10h00: Messe à la paroisse saint Pierre de Garoua + inhumation au cimetière des Oblats à la PROCURE de Garoua
N.B. La messe d’inhumation sera dite par l’archevêque de Garoua Mgr Antoine NTALOU

Il y a quelques heures aussi, nous avons appris la nouvelle du décès du Père Josef LESZCZYNSKI, un ancien missionnaire de la Province du Cameroun qui a beaucoup servi dans l’administration provinciale. Il est mort le même jour que le Père Piotr, ce dimanche 17 mars 2013.

Haut


Obsèques Père Piotr CZYRNY

Obsèques Père Piotr Czyrny

Mgr Antoine Ntalou archevêque de Garoua

Absoutes Père Pior Garoua

Père Provincial Raymond Nani

Témoignage Père Jan Kobzan

Grégoire Comité paroisse sainte Monique Touroua

Funérailles p. Piotr Czyrny OMI GarouaTémoignage Grégoire comité Touroua

Funérailles Piotr Czyrny saint Pierre GarouaFunérailles Piotr Czyrny paroisse s. Pierre Garoua

Funérailles Piotr Czyrny saint Pierre GarouaFunérailles Piotr Czyrny paroisse s. Pierre Garoua

Funérailles Piotr Czyrny saint Pierre GarouaFunérailles Piotr Czyrny paroisse s. Pierre Garoua

Funérailles Piotr Czyrny saint Pierre GarouaFunérailles Piotr Czyrny paroisse s. Pierre Garoua

Funérailles Piotr Czyrny saint Pierre GarouaFunérailles Piotr Czyrny paroisse s. Pierre Garoua

Funérailles Piotr Czyrny saint Pierre GarouaFunérailles Piotr Czyrny paroisse s. Pierre Garoua

Inhumation Piotr Czyrny OMI Garoua

Haut


Décès du Père Josef LESZCZYNSKI

Il y a quelques heures aussi, nous avons appris la nouvelle du décès du Père Josef LESZCZYNSKI, un ancien missionnaire de la Province du Cameroun qui a beaucoup servi dans l’administration provinciale. Il est mort le même jour que le Père Piotr, ce dimanche 17 mars 2013.

CURRICULUM VITAE

Père Josef LESZCZYNSKINOM : LESZCZYNSKI
PRENOM : Joseph
Date de naissance : le 17 juillet 1942
Lieu de naissance : Wilkowie  cko – POLOGNE
Date de baptême : le 1er août 1942 à Wilkowiecko – POLOGNE
Paroisse : Saint Nicolas
Nom du père : Stanislaw Leszczynski
Nom de la mère : Véronique Wlodarczyk
1949-1956 : Ecole primaire à Bierutowie
1956-1957 : Lycée Technique d’Agriculture à Bierutowie
1957-1961 : Petit Séminaire des Oblats de Marie Immaculée à Markowice
1961-1962 : Noviciat OMI à Sainte Croix
08/09/1962 : Premiers vœux religieux
1962-1968 : Grand Séminaire OMI à Obra
08/11/1965 : Vœux perpétuels à Obra
11/11/1967 : Ordination diaconale par l’Archevêque de Poznan
23/06/1968 : Ordination sacerdotale au Grand Séminaire à Obra par l’Archevêque Antoine BARANIAK
01/05/1969 : Départ de Pologne pour la France et le Cameroun
23/01/1970 : Arrivée au Cameroun
1970-1973 : Curé de Guider
1973-1978 : Fondateur de la Mission de Bibémi
1978-1982 : Fondateur de la Mission de Boula-Ibib
1982-1988 : Curé de Figuil
1988-1991 : Curé de Poli et enseignant de la loi canonique au Grand Séminaire de Maroua
1991-1997 : Vicaire Général de l’Archidiocèse de Garoua
1992-2000 : Vicaire judiciaire du Tribunal Ecclésiastique de Garoua
1993-1995 : Curé de Boula-Ibib
1995-1996 : Année sabbatique et études du Droit canonique à Strasbourg
1996-1997 : Conseiller du Supérieur de la Délégation de Figuil
1997-2002 : Vicaire Provincial et Secrétaire de la Province du Cameroun
2002-2004 : Chancelier de la Curie du Diocèse de Ngaoundéré
2004-2006 : Vicaire Général du Diocèse de Ngaoundéré
2006-2007 : Secrétaire Provincial de la Province Cameroun à Garoua
05 août 2007 : Départ du Cameroun pour la Pologne
04/10/2007-2010 : Nommé Secrétaire provincial de la Province de Pologne
15/02/2010 : Envoyé au Petit Séminaire de Markowice
17 mars 2013 : décédé à l’hôpital de Inowroclaw

Haut

© Août 2012 Omicameroun.com: Site officiel des missionnaires O.M.I. - Province du Cameroun - Webmaster Contact