Partage sur la mort de mon feu papa KUSWANGANA Damien


Dans le cadre de témoigne de vie et de foi en Dieu, omicameroun publie sur cette page le partage du Frère scolastique Jean Charmant KUSWANGANA (Province du Congo-Kinshasa) sur la mort brutale de son père Damien KUSWANGANA, témoignage donné lors d’une célébration eucharistique à l’intention du Défunt et de la famille éprouvée en la Chapelle de la Maison Yves Plumey de Yaoundé, le vendredi 20 septembre 2013.


(Frère scolastique Jean Charmant KUSWANGANA, omi)

Jean Charmant KUSWANGANABien chers confrères, je vais juste vous faire une présentation succincte de mon papa, ma famille, les circonstances qui ont accompagné sa mort et enfin vous citer quelques points que je garde de lui. Car je ne saurai prendre le risque de vous résumer sa vie en si peu de temps.

KUSWANGANA Damien, mon feu papa, est né en 1951 à Feshi dans la province de Bandundu en République Démocratique du Congo. Il se marie en 1979 à ma maman. Après ses études en sciences infirmières, il va se spécialiser en traitement de la trypanosomiase ou maladie du sommeil (une maladie tropicale). Il meurt âgé de 62 ans le 18 juillet 2013, laissant au monde 9 enfants dont 5 garçons et 4 filles parmi lesquels j’occupe la sixième position.

Pour ce qui est des circonstances qui ont accompagné sa mort, mon papa n’était pas malade ; le mercredi 17 juillet 2013, après avoir fini de travailler, il rentre à la maison. Vers 17h/18h, on vient le chercher à la maison pour aller au secours d’un patient au dispensaire. Malheureusement, il croise un détraqué mental sur son chemin de retour (vers 19h) ; il reçoit un coup fort sur la tête de la part du détraqué et s’écroule sur place. Il reste gisant sur place pendant environ une heure. C’est un patient en route pour le chercher à la maison qui va le trouver et le ramener au dispensaire : trop tard parce qu’il a des veines coupées dans la tête et avait déjà perdu beaucoup de sang (une hémorragie interne). Il reste dans le coma toute la nuit du 17 au 18 juillet et meurt le 18. Juillet à 21h.

Ce que je garde de lui, c’est :

Le plus grand souvenir et le plus grand cadeau que je garde précieusement  de lui c’est le chemin de l’Eglise qu’il m’a montré.

Je profite de cette occasion [de célébration eucharistique] pour vous dire merci à tous pour le soutien dans la prière et toutes vos marques d’attention envers ma personne ; lors que j’ai appris la triste nouvelle,  j’étais tellement déprimé que je voyais ma propre mort venir. Mais grâce à vos prières, je tiens encore débout jusqu’en ce jour.

Je confie à vos pieuses prières la grande famille qu’il a laissé, afin que sa mort ne disperse pas mais soit occasion de renforcer les liens familiaux.  Priez également pour lui, afin que le Seigneur lui pardonne tous ses péchés et lui accorde la grâce de goûter au bonheur qui ne finit pas.

Que son âme repose en paix !

(Frère scolastique Jean Charmant KUSWANGANA, omi)

Haut

© Août 2012 Omicameroun.com: Site officiel des missionnaires O.M.I. - Province du Cameroun - Webmaster Contact